ACCUEILForumsUBISOFTFiabilité de VGChartz…

Vous lisez 0 fils de discussion
  • Auteur
    Billets
    • #6375
      blubber
      Participant

      *** merci @pbl526 !!!****

      Article très intéressant sur la fiabilité de VGChartz :
      Voici la conclusion :

      Aussi fiable que Pachter
      Qu’est donc, au fond, VGChartz ? Un site qui propose des estimations de ventes en se basant sur toutes les données publiques. En ce sens, il exerce globalement la même activité que la plupart des cabinets d’analystes, à la différence près que les estimations de VGChartz, elles, sont publiées après les sorties de jeux. Et c’est bien là ce qui fait tâche : tout est fait pour donner l’illusion qu’il s’agit là de chiffres fiables, établis selon des méthodes de calcul comparables à celles des instituts professionnels, ce qui fait de VGChartz une escroquerie pure et simple. Une escroquerie qui se sert justement du fait que les chiffres de l’industrie du jeu vidéo sont difficiles d’accès en comparaison, par exemple, de ceux de l’industrie du cinéma. Nombreux sont les journalistes qui, face à leur manque de connaissance sur les ventes de consoles et de jeux vidéo, voient en VGChartz une solution de facilité pour étayer leurs articles avec des chiffres. Y compris des institutions aussi prestigieuses que Forbes ou le New York Times.

      « Oui, mais on n’a rien de mieux », vous répondront certains. Ce qui est faux. D’abord parce que ne pas avoir de chiffres est toujours mieux qu’avoir des chiffres potentiellement erronés. VGChartz vise certes parfois juste. Mais étant donné la méthode utilisée pour mettre au point ses chiffres, plus on descend dans les profondeurs des classements et moins on risque de retrouver une quelconque crédibilité, précisément parce qu’il s’agit bien souvent de jeux dont l’importance moindre fait qu’aucune donnée n’est publiée. On peut là encore trouver quelques éléments le démontrant. Prenez Punch-Out !! sur Wii. Selon les données que l’on a pu obtenir de Nintendo, ce jeu a été distribué à 1,14 million d’exemplaires, tandis que VGChartz annonce 250.000 ventes. Autre exemple avec Minecraft, qui n’est pas vraiment un petit jeu mais dont la version physique n’est jamais apparue dans les classements français publics de GfK, étant donné que le SELL ne publie qu’un top 5 basé sur le chiffre d’affaires – ce qui handicape forcément un titre comme Minecraft vendu à 20 €. Selon nos informations, la mouture PS3 avait dépassé les 90.000 ventes en France au début du mois de septembre, soit le double de ce qu’indiquait VGChartz à la même époque.

      Que dire, dans ces conditions, de tous les autres jeux dont aucun chiffre n’est jamais communiqué ? Les ventes ne représentent pas une science exacte, sans quoi les éditeurs n’auraient aucun mal à enchaîner les succès. Finissons avec une dernière pirouette : selon une estimation parfaitement logique, les données de VGChartz indiquaient quelques 11.302 ventes pour la PlayStation Vita lors du mois de mai dernier aux États-Unis. Un résultat crédible, dans la continuité des performances de la console lors des mois précédents. Sauf qu’en mai, la portable de Sony a réalisé un score aussi inattendu qu’éphémère grâce à la sortie de Borderlands 2 et du bundle qui le réunissait avec la machine. Les chiffres de NPD ont surpris tout le monde avec plus de 55.000 ventes, soit le quintuple du score annoncé sur VGChartz, qui a évidemment été modifié entre-temps et serait resté tout aussi faux si les données de NPD n’avaient pas fuité. A ce niveau-là, vouloir utiliser VGChartz pour une quelconque analyse revient à confier son avenir financier à une machine à sous.

      Voici le lien pour l’article :

      http://www.gamekult.com/actu/vgchartz-une-imposture-qui-dure-A141095.html

Vous lisez 0 fils de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
Aller à la barre d’outils