ACCUEILForumsUBISOFT24/03 : Blomberg : très long article (en anglais)

Vous lisez 1 fil de discussion
  • Auteur
    Billets
    • #8201
      Jean
      Modérateur

      source : blomberg

      « When fighting off a corporate raider, companies usually hire bankers, lawyers and a bunch of other corporate types in suits. Sometimes an artsy guy in purple sweatpants is all they really need.

      French video-game maker Ubisoft Entertainment is counting on a handful of creative employees who’ve made blockbuster titles — and billions of dollars for the company — to thwart an unwelcome approach by a billionaire and his media conglomerate. The message to Vincent Bollore and Vivendi SA: Back off or the talent will leave and you’ll end up buying an empty shell.
      Tommy Francois
      Tommy Francois
      Source: Ubisoft

      “This company lets the creatives get on with their work,” said Tommy Francois, who has bushy red hair and was dressed one recent day in purple camouflage sweatpants and shoes adorned with Mickey Mouse. “We take time to dig, to go out on the field. That’s not something our rivals do and that’s why our games are known for attention to detail and complex worlds.”

      The importance of a small handful of individuals in a successful game is such that no hostile takeover has ever been pursued to the end in the video-game industry. That argument played a key role in preventing an unsolicited takeover of Ubisoft by Electronic Arts a decade ago, and EA backed off from buying Take-Two Interactive Software Inc. in an initially hostile approach.

      “There’s a Ubisoft way that was true when EA made an approach in 2004 and is still true today, based on teamwork, on crossing paths with people and growing together,” said Editorial Chief Olivier Dauba, who joined in 1998 and sits in what looks more like an action-figure collector’s dream than an office. Company founder Yves Guillemot has been a big part of building that culture, Dauba said.

      Ubisoft, the third biggest independent game maker, is behind some of the most popular games of today including “Assassin’s Creed” and “The Division.” Guillemot and his four brothers, who own about 9 percent of the company, are on the defensive after Vivendi, the media conglomerate headed by Bollore, started buying into Ubisoft last October. Vivendi’s initial 10 percent stake is up to just over 15 percent now. The company said this month it plans to keep buying shares and seek board representation. Potentially more worrisome, it began a hostile bid for Gameloft SE, another game company founded by the Guillemot brothers.

      For 30 years, Guillemot has been running Ubisoft, based in the Paris suburb of Montreuil, as a family business where creatives are given time, space and a little extra budget when they need it. That’s a far cry from the iron fist culture of Bollore, who took control of advertising agency Havas SA and installed his son as chief executive officer.

      Vivendi risks turning Ubisoft into an “empty shell” unless it can keep its approach friendly and retain Guillemot as a top executive, said Richard Maxime Beaudoux, an analyst at Bryan Garnier & Co. “This industry’s all about star developers and creatives — they create the added-value. And at Ubisoft, Guillemot has their support.”
      Creativity Killer

      « If there’s a hostile takeover by Vivendi and Guillemot leaves, every person who is good at Ubisoft would be recruited by EA, Activision and Take Two, » said Michael Pachter, an analyst at Wedbush.

      While Ubisoft has done its due diligence — courting investors and hiring bankers to sound out alternatives — Guillemot, 55, knows that his best weapon is his talent. He’s said that a hostile takeover by Vivendi would “kill creativity.”

      Of Ubisoft’s 10,000 employees, there are at most a few hundred with star status. They’re typically in their late 30s or early 40s, with artistic or technical credentials, and the confidence they could land another job in a snap. Yet, most have stuck around for a decade or more, and have resisted approaches from headhunters and rivals.

      Francois, a 42-year-old former TV producer from New Jersey, is in charge of developing Ubisoft’s intellectual property and has been at the company for 9 years. For him, doing the work sometimes involves seemingly crazy initiatives like sending a team of 7 people half-way around the globe to research the “Christmas spirit” in New York and make sure it’s reflected in “The Division.” The game this month broke the industry record for sales of new franchise in an opening week by grossing more than $330 million.

      Ultimately, creative types like Francois can make or break a release. Some 15 or so people constitute the core team on any given game, and influence another 800 or so other people involved in developing a title over the course of three to five years, with an end cost of about $80 million.
      Money’s Not Everything

      Guillemot says 80 percent of the time he spends with his creative director is dedicated to discussing people and how to retain them. His human resources chief at the Montreal unit, Cedric Orvoine, said turnover is less than 10 percent, helped by fostering creativity as well as competitive compensation that includes stock options.

      “Money’s not everything — you need more than that to get people to come to work,” said Chief Creative Officer Serge Hascoet, a Frenchman who’s been at Ubisoft for 28 years. He says it all starts with how employees are treated, which sometimes means having the guts to stand by a team even if it fails on a couple of projects before hitting the jackpot.

      Finding the right balance in a world where art and technology are intertwined can sometimes take time. The creatives behind “Assassin’s Creed” worked together on three unprofitable projects before they made the hit game which has since become a multi-episode franchise that’s sold more than a hundred million units. “The Division” ran over initial plans and took five years to make.

      “We had ups and downs on this game but we persevered,” Guillemot told a few hundred employees as they gathered at the headquarters near Paris on a mid-March afternoon to toast the first batch of “The Division” sales figures with champagne. “This is the kind of energy we need to show our strength, our values. It’s up to us to perform, to boost our company value and to make it harder for anyone to take us over.”

      Créateur du site en mode cordial 🙂

    • #8202
      Jean
      Modérateur

      Traduction Google

      =====

      Lorsque les combats hors d’un raider, les entreprises embauchent habituellement des banquiers, des avocats et un tas d’autres types d’entreprises dans les costumes. Parfois, un gars artsy en survêtement pourpre est tout ce qu’ils ont vraiment besoin.

      Français jeux vidéo maker Ubisoft Entertainment compte sur une poignée d’employés créatifs qui ont fait des titres à succès – et des milliards de dollars pour l’entreprise – pour contrecarrer une approche importun par un milliardaire et son conglomérat de médias. Le message à Vincent Bollore et Vivendi SA: Dégagez ou le talent va partir et vous finirez par acheter une coquille vide.
      Tommy Francois
      Tommy Francois
      Source: Ubisoft

      « Cette entreprise permet les créations obtenir sur leur travail», a déclaré Tommy François, qui a les cheveux roux touffue et était vêtu d’une récente journée pantalons de survêtement et des chaussures de camouflage violet orné de Mickey Mouse. « Nous prenons le temps de creuser, d’aller sur le terrain. Cela ne veut pas quelque chose que nos concurrents font et c’est pourquoi nos jeux sont connus pour le souci du détail et des mondes complexes.  »

      L’importance d’une petite poignée d’individus dans un jeu à succès est tel qu’aucune OPA hostile n’a jamais été poursuivi jusqu’à la fin dans l’industrie du jeu vidéo. Cet argument a joué un rôle clé dans la prévention d’une prise de contrôle non sollicitée d’Ubisoft par Electronic Arts il y a dix ans, et EA a reculé d’acheter Take-Two Interactive Software Inc. dans une approche initialement hostile.

      « Il y a une façon d’Ubisoft qui était vrai quand EA a fait une approche en 2004 et est encore vrai aujourd’hui, basé sur le travail d’équipe, en traversant les chemins avec les gens et de plus en plus ensemble», a déclaré le chef de rédaction Olivier Dauba, qui a rejoint en 1998 et se trouve dans ce qui ressemble plus comme le rêve d’un collecteur d’action-figure qu’un bureau. fondateur de la société Yves Guillemot a été une grande partie de la construction de cette culture, Dauba dit.

      Ubisoft, le troisième plus grand fabricant indépendant de jeux, est derrière certains des jeux les plus populaires d’aujourd’hui, y compris « Assassin Creed » et « The Division. » Guillemot et ses quatre frères, qui possèdent environ 9 pour cent de la société, sont sur la défensive après Vivendi, le conglomérat de médias dirigé par Bollore, a commencé à acheter en Ubisoft Octobre dernier. participation initiale de 10 pour cent de Vivendi est à un peu plus de 15 pour cent aujourd’hui. La société a déclaré ce mois-ci, il prévoit de continuer à acheter des actions et demander la représentation du conseil d’administration. Potentiellement plus inquiétant, il a commencé une offre hostile pour Gameloft SE, une autre société de jeux fondée par les frères Guillemot.

      Depuis 30 ans, Guillemot a été en cours d’exécution Ubisoft, basée dans la banlieue parisienne de Montreuil, comme une entreprise familiale où les créations sont donnés le temps, l’espace et d’un petit budget supplémentaire quand ils en ont besoin. C’est un cri loin de la culture de la poigne de fer de Bollore, qui a pris le contrôle de l’agence de publicité Havas SA et installé son fils comme chef de la direction.

      Vivendi risque en tournant Ubisoft dans une « coquille vide » à moins qu’il puisse conserver son approche amicale et conserver Guillemot comme un cadre supérieur, a déclaré Richard Maxime Beaudoux, analyste chez Bryan Garnier & Co. « est tout au sujet des développeurs d’étoiles et créatifs Cette industrie – ils créer de la valeur ajoutée. Et chez Ubisoft, Guillemot a leur soutien « .
      Créativité tueur

      « S’il y a une prise de contrôle hostile par Vivendi et Guillemot feuilles, toute personne qui est bon chez Ubisoft serait recruté par EA, Activision et Take Two», a déclaré Michael Pachter, analyste chez Wedbush.

      Alors que Ubisoft a fait preuve de diligence raisonnable – courtiser les investisseurs et l’embauche des banquiers pour sonder les alternatives – Guillemot, 55 ans, sait que sa meilleure arme est son talent. Il est dit que une OPA hostile par Vivendi serait «tuer la créativité. »

      De 10.000 employés d’Ubisoft, il y a au plus quelques centaines avec le statut d’étoile. Ils sont généralement dans leur fin des années 30 ou au début des années 40, avec des références artistiques ou techniques, et la confiance qu’ils pouvaient trouver un autre emploi dans un composant logiciel enfichable. Pourtant, la plupart ont collé autour pendant une décennie ou plus, et ont résisté à des approches de chasseurs de têtes et rivaux.

      François, 42 ans, ancien producteur de télévision de New Jersey, est en charge du développement de la propriété intellectuelle d’Ubisoft et a été dans l’entreprise depuis 9 ans. Pour lui, faire le travail implique parfois des initiatives apparemment folles comme l’envoi d’une équipe de 7 personnes à mi-chemin dans le monde entier à la recherche de l ‘ «esprit de Noël» à New York et assurez-vous que cela se reflète dans « The Division. » Le jeu ce mois-ci a éclaté le record de l’industrie pour les ventes de la nouvelle franchise dans une semaine d’ouverture par extrapolation plus de 330 millions $.

      En fin de compte, les types créatifs comme François peuvent faire ou défaire une libération. Quelques 15 ou si les personnes constituent l’équipe de base sur un jeu donné, et influencent encore quelque 800 autres personnes impliquées dans le développement d’un titre au cours des trois à cinq ans, avec un coût d’environ 80 millions $ final.
      Pas tout de l’argent

      Guillemot indique que 80 pour cent du temps qu’il passe avec son directeur de la création est consacrée à l’examen des personnes et comment les conserver. Son chef humaine des ressources à l’unité de Montréal, Cédric Orvoine, a déclaré le chiffre d’affaires est inférieur à 10 pour cent, aidé en favorisant la créativité ainsi que la rémunération concurrentiel qui comprend des options d’achat d’actions.

      «L’argent est pas tout – vous avez besoin plus que cela pour amener les gens à venir au travail», a déclaré Chief Creative Officer Serge Hascoët, un Français qui a été chez Ubisoft depuis 28 ans. Il dit tout commence avec la façon dont les employés sont traités, ce qui signifie parfois avoir le courage de se tenir par une équipe même si elle échoue sur quelques projets avant de frapper le jackpot.

      Trouver le bon équilibre dans un monde où l’art et la technologie sont étroitement liés peuvent parfois prendre du temps. Les créatifs derrière « Assassin Creed » ont travaillé ensemble sur trois projets non rentables avant de faire du jeu à succès qui est depuis devenu une franchise multi-épisode qui a vendu plus de cent millions d’unités. « La division » a couru sur les plans initiaux et a pris cinq ans à faire.

      «Nous avons eu des hauts et des bas sur ce jeu, mais nous avons persévéré, » dit Guillemot à quelques centaines de salariés comme ils se sont réunis au siège près de Paris un après-midi mi-Mars pour griller le premier lot de « The Division » les chiffres des ventes de champagne. « Ceci est le genre d’énergie que nous devons montrer notre force, nos valeurs. Il est à nous de réaliser, pour renforcer la valeur de notre entreprise et de rendre plus difficile pour quiconque de nous prendre en charge ».

      ====

      Créateur du site en mode cordial 🙂

Vous lisez 1 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
Aller à la barre d’outils